Ministère du Pétrole : Le scalp de Houagni, 3 milliards détournés et des puits vendus

0

Et derrière se dessine très nettement l’ombre d’une grosse pointure du cabinet du Président de la République. On attend patiemment les premières révélations de Mamba…

3 5

En tout cas, et au niveau actuel de l’enquête, il y a une certitude générale établie. C’est que Jacob Tsioba Thaty a été nommé Directeur général des Hydrocarbures pour une mission précise de ses promoteurs : obtenir le scalp du ministre du Pétrole, Pascal Houangni Ambouroue.
C’est ainsi qu’une fois pistonné par ses parrains et installé, Saint Jacob va tranquillement ranger dans son foutoir, les principales instructions inscrites par son ministre dans une lettre de cadrage. Notamment celle relative à faire remonter au ministre toutes les informations concernant l’activité pétrolière et le fonctionnement de son administration.
Aussi, malgré les demandes maintes fois formulées par le ministre, aucune réponse ne va intervenir. Même que le cabinet du Président de la République sera saisi, sans pour autant que rien n’y fasse. Il en sera ainsi lorsque la fameuse affaire interviendra et que les coquilles livreront leurs secrets.

A la manoeuvre: Saint Jacob va monter le fameux plan d’utilisation avant de le faire signer par son ministre. Qui le signe les yeux fermés. Sauf que derrière, le ministre prend quand même le soin de faire vérifier à la Caisse de Dépôts et de consignations (alias, CDC) du Trésor public, l’état du compte de la DGH. Pourquoi uniquement la CDC? Réponse: une prescription présidentielle a fait interdire l’ouverture de tout compte public dans un établissement bancaire commercial.
La réponse de la CDC va alors faire trembler les murs du bureau du ministre. Et pour cause, dans le compte, il n’y a que 10 millions de dôlès. Houagni pique une colère à la mesure de son corps et fait convoquer son DGH. D’emblée, il lui demande comment il compte faire payer un plan d’utilisation de 103 millions de dôlès avec seulement 10 millions de dôlès en compte. Réponse de Saint Jacob: « Laissez M. le Ministre, j’ai la solution ».

Ne croyant pas à la magie et soupçonnant un mauvais coup, le ministre prend attache avec son aîné de BGFIBank. Oyima confirme l’existence d’un compte et va même jusqu’à livrer l’identité complète de la grosse pointure du cabinet du Président de la République qui a validé l’ouverture de ce compte pirate : DCPR.
L’ire du ministre s’enflamme. Le Président de la République est instamment saisi. Le Chef de l’Etat tombe des nues et demande l’ouverture d’une enquête qui révèle de belles pépites. Notamment que le fameux compte (dont nous avons pu obtenir le numéro) n’a pas seulement été ouvert, mais qu’il a illicitement été alimenté sur instructions du DGH et de la grosse pointure du cabinet du PR.
Mieux: que cet argent n’a même pas eu le temps d’écraser une paupière dans le compte BGFIBank que son évasion a été orchestrée par le DGH et son compère du Palais. Montant du détournement: 3 milliards de dôlès volés en deux temps, trois mouvements. A croire qu’on a usé de

4 4

la tractopelle…
Particulièrement bavard, le célèbre banquier a même bon d’aller au-delà de ce qu’on lui a demandé. En révélant notamment que le compte en question a été alimenté non pas par la vente illicite du pétrole, mais par la liquidation en clando de certains puits. Ce qui explique les énormes montants versés sur ce compte.
Une fois au parfum de tous ces hauts faits d’arme, le Président de la République n’a pas hésité un seul instant: Saint Jacob a été immédiatement limogé de ses fonctions et son dossier directement transmis à Mamba. C’est alors que lui et son acolyte du cabinet du Président de la République ont décidé de jouer les Okoumés pour ainsi entraîner le ministre dans leur chute.

5 3

Aussi, pour distraire l’opinion et tenter de gagner son affection, Saint Jacob, via son type du cabinet du PR qui a une expertise en la matière – suivez notre regard – a vite fait le choix des réseaux sociaux, ceux de l’opposition précisément, pour faire porter le chapeau au ministre. Ainsi de la publication de la note de remboursement dans les réseaux sociaux par le DGH, qui avait un peu oublié que la fameuse note lui a été remise en mains propres et qu’elle n’a jamais transité par ses services.
En attendant la suite de la procédure lancée par Mamba, deux questions persistent:
1- pour quelles raisons veut-on avoir le scalp du ministre du Pétrole justement à l’approche imminente du remaniement?
2- quelle est donc cette autre grosse pointure de l’administration fiscale qui tire les ficelles dans l’ombre?

Ali Bongo limoge le directeur général des hydrocarbures

mqdefault

C’est par décret présidentiel que Jacob Tsioba Thaty, jusqu’alors directeur général des hydrocarbures au ministère du Pétrole et des Hydrocarbures, a été révoqué de ses fonctions, le 8 août 2017. A la charge de ce fonctionnaire porté à la tête de cette direction sensible en décembre 2016, des malversations financières d’un montant de 3 milliards de Fcfa, selon des sources internes au ministère du Pétrole, citées par le site Africa intelligence.
L’ouverture d’un compte dans une banque commerciale basée à Libreville, au nom du ministère du Pétrole et des Hydrocarbures, toujours selon la même source, sans en référer à sa hiérarchie, encore moins au ministre de l’Economie, aurait été constatée en même temps que le transit d’importantes sommes d’argent par ce compte vers une destination inconnue. Pour l’heure, l’intéressé reste introuvable et les spéculations à son sujet ouvrent la voie à toutes les hypothèses, dont celle de la fuite vers un pays étranger.
Jacob Tsioba Thaty qui a remplacé à ce poste Alilat Oyima Antseleve, était en charge depuis 2011, des audits dans le cabinet américain Alex Stewart, sur le secteur pétrolier gabonais. C’est d’ailleurs sous sa supervision, que l’audit du secteur a été réalisé et conduit à la découverte de plusieurs irrégularités dans les déclarations des compagnies pétrolières opérant au Gabon en 2014.
Le limogeage de Jacob Tsioba Thaty intervient au lendemain de la visite au Gabon du secrétaire général de l’Opep.

Share.

About Author

Leave A Reply