Remaniement ce week-end : Le sort de l’entourage…

0

Selon des sources sérieuses, ce sera aujourd’hui ou demain que le Premier ministre doit présenter sa démission avant d’être tout de suite reconduit. Quant à l’équipe qui devra l’accompagner, sa composition sera connue lundi au plus tard…

C’est donc ce week-end que le sort de l’entourage sera connu. Partira ou restera au gouvernement? Seul le Président de la République détient la réponse. Celle de son peuple est connue depuis: le départ de son entourage au gouvernement n’est pas une simple exigence politique, mais une obligation de considération à l’endroit du peuple. Et la simple explosion de nos dernières audiences, vérifiable auprès de notre distributeur et ne relevant pas du traditionnel scoop médiatique, est une preuve scientifique aussi incontestée qu’incontestable de cette exigence.
Bien évidemment, il y a de grandes âmes qui pensent que le Président de la République doit garder ses « amis » ou, comme croît le savoir la rédaction de L’Union, sa « famille » au gouvernement du fait celle-ci sait défendre « l’image du Président de la République ». Pour le Premier ministre, dans sa diplomatie habituelle, cette défense est carrément « plus qu’un devoir ».

Des arguments qui soulèvent forcément un certain nombre de questions. Dont voici les plus préoccupantes:
1 — L’image du Président de la République a quel problème exactement? Il est important de définir, avec précision, la nature de ce problème ainsi que ses origines car il ne suffit pas de proclamer que l’image du Président de la République a un problème pour que ce problème existe. L’image du Président de la République n’est pas une affaire d’incantation.
2 — L’image du Président de la République est-elle appréciée par rapport aux attaques désespérées de Jean Ping? Car, si tel est le cas, l’entourage du Président de la République apporte ainsi son imprimatur à la crédibilité et la justesse des prestidigitations de Jean Ping. Ce qui serait grave et exceptionnellement dangereux de la part d’un entourage qui revendique d’être le premier cercle de protection du Président de la République.
3 — En sa qualité de « plus qu’un devoir », la défense de l’image du Président de la République est-elle devenue, au virage d’un remaniement crucial, le nouveau projet de société du Président de la République? Est-ce à la défense de cette image que l’Assemblée nationale a dernièrement accordée sa confiance à ce gouvernement qui en fait son cheval de bataille?
4 — D’abord, qui, pour ainsi dire, a interdit à l’entourage du Président de la République de défendre le Président de la République?
5- Pourquoi l’entourage du Président de la République ne se professionnalise à la défense du Président de la République qu’à la veille non pas d’un remaniement, mais de ce remaniement?

6 — Sur la base de quoi l’entourage du Président de la République peut-il se prévaloir du monopole de la défense du Président de la République? Que dira alors l’ANPN qui, à elle toute seule et en toute discrétion, humilité, a fait confondre les agitateurs et charlatans qui tiraient les ficelles derrière la dangereuse campagne des crimes rituels ? Une action, une seule, qui a mis fin, une bonne fois pour toute, à cette odieuse manipulation.
Autant d’interrogations qui ne doivent cependant pas nous éloigner du fond du débat. Et ce débat, faut-il le répéter, repose sur la forme de la Présidence d’Ali Bongo Ondimba. Est-ce une Présidence des amis, de l’entourage ? Ou plutôt une Présidence de la République? Il n’y a pas une République avec les amis. Il n’y a pas une République avec l’entourage.
De même, il n’y a pas un gouvernement des amis. Il n’y a pas un gouvernement de l’entourage. Il y a un gouvernement de la République. Il y a un gouvernement du peuple qui tire sa légitimité de la majorité parlementaire issue directement de ce peuple, et non des amis ou de l’entourage du Président de la République. Un entourage dont personne n’est titulaire d’un mandat national. Donc, sans aucune légitimité. Et il n’y a pratiquement aucune chance que l’un d’entre eux ramène un mandat de député l’année prochaine malgré toutes les manipulations qu’ils pourront introduire dans le redépeçage…

De fait, il est clair que notre approche n’est pas une interdiction au Président de la République de nommer ses amis ou son entourage au gouvernement. D’ailleurs:
1 — Si le Président de la République trouve que l’ancien ministre de l’Intérieur a bien organisé l’élection présidentielle de 2016 en laissant le hacker ivoirien Sihifowa Yeo venir vampiriser la CENAP, et les observateurs de l’UE venir faire battre le candidat Ali Bongo Ondimba ; si le Président de la République trouve que l’actuel ministre des Affaires étrangères a le droit de rester étranger aux agressions que subissent les hautes personnalités à l’étranger, que l’agression du père de la Première Dame en France mérite son silence et l’inaction de sa diplomatie du pourrissement, le Président de la République peut alors très bien le maintenir au gouvernement, et pourquoi pas le ramener à l’Intérieur pour venir se surpasser aux législatives de l’année prochaine…

2 — Si le Président de la République trouve que l’attaque de Gabon Télévision en 2016 relève du hasard ; si le Président de la République trouve que l’attaque de Gabon Télévision en 2017 relève du même hasard, il peut alors maintenir le ministre de la Communication au gouvernement et pourquoi ne pas le promouvoir Premier ministre…
3 — Si le Président de la République trouve que ce qui se passe à la Défense nationale n’est pas une remise en cause brutale de son héritage d’ancien ministre de la Défense nationale; si le Président de la République trouve qu’il est de la responsabilité du ministre de la Défense nationale du Gabon de se moquer du Président de la République française et de le traiter de « président par défaut » (sic), il peut très bien le maintenir au gouvernement…
4- Si le Président de la République trouve que ce qui se passe autour du stade d’Angondjé n’est pas une insulte à la morale et à la République, il peut très bien nommer le propriétaire de ces cassines à la Défense nationale…

Bref, au Président de la République d’agir à son âme et conscience. Non pas, comme on veut le faire croire alors qu’il n’en est rien (lire ci-contre la réaction d’Arissani Karine), de sacrifier son entourage, mais plutôt de faire le choix entre son peuple et cet entourage qui lui a imposé ce choix.
Car, et c’est incontestable, l’entourage a eu l’opportunité de libérer le Président de la République, mais il a plutôt tout fait pour lui imposer à faire le choix entre lui et le peuple. A l’inverse de ce que d’autres grands hommes d’Etat avaient su faire et à leur propre initiative, en 1989 et surtout en 1990. Comme avant eux, les anciens compagnons de Léon Mba en 1968 et en 1970.
C’est en cela que défier ainsi le peuple en se mettant au-dessus de lui est un fait particulièrement inédit dans toute l’histoire de notre pays. Un fait qui aura inévitablement des conséquences. Et de très lourdes conséquences car jamais, dans toute l’histoire de notre pays, on aura vu de simples citoyens humilier ainsi la République. Notre République…

La toile et l’image

Sur Facebook, deux réactions ont particulièrement attiré notre attention à propos de cette affaire d’image du Président de la République.

La première:
Marie Hortense Kalima Ndoutoume Comment voulez-vous construire une nation avec des hommes qui ont dans leur agenda l’image du président et non pas son projet de société ? Pffffff

La deuxième
Anne-Marie Dworaczek Bendome Quand le président Ali Bongo Ondimba, nomme un tel ou une telle, c’est pour servir le pays et non le défendre.
Quand on fallit à cette mission, pour se dédouaner et continuer la belle vie, on s’autoproclame « défenseurs officiels d’Ali Bongo Ondimba ».
C’est fini le temps des postures. En effet, si certains avaient été des amis, ils se seraient fait le devoir de traduire en acte concret les décisions du gouvernement en faveur des populations, malheureusement, le constat est là, cela n’a pas été le cas.

Pour rappel

Dans l’espace public et devant la nation, on est avant tout collaborateur du président, toute autre considération est la preuve que vous êtes dans l’erreur.
Amis = sphère privée
Collaborateurs= sphère publique.

Le message d’Arissani Karine

20638283_1734617953505276_2226444555711642358_n

 Bjr a tous.
Cette publication sera un peu longue mais je vous prie de la lire jusqu’ au bout afin de comprendre le message que je veux ressortir.
Je n ai rien contre qui que ce soit mais pour le Président #ALIBONGOONDIMBA et pour le changement reel de ce pays je ne me tairais plus.
Cela ne vaut la peine de me menacer, d envoyer des émissaires pour me parler. Personne ne m a envoyé. Si vous souhaitez me tuer alors faites le mais au moins je mourrais pour une cause juste a savoir par amour pour mon pays diffèrend de vous qui vous battez pour l image du Président au lieu de l aidez par des actes pour le peuple.
Dieu est au contrôle et j ai foi en lui.

Vous vous prévalez comme les Amis du PR est ce que forcement les Amis du PR sont les amis du peuple? Le PR dépend du peuple et non de ces amis. Ou bien???
En 1989- 1990 lorsque le vent de l Est souffle sur LBV et que les étudiants sont dans la Rue, feu OMAR BONGO ONDIMBA avait ses amis tel que: feu Léon MEBIAME, feu Georges RAWIRI, Mrs KASSA MAPSI, MOUVAGA TCHIOBA, ESSIMENGANE Simon etc… mais face a la grogne du peuple qu ont il fait? Ils se sont retires d eux meme apres concertation: ce n’était pas feu OMAR BONGO qui les a demande de partir. Ils se sont dits:  » nous constituons un obstacle vis a vis du peuple et ce n est pas a nous de constituer cet obstacle. Le peuple a une mauvaise image du PR a cause de nous, le peuple est en train de rejeter le PR a cause de nous parce que le peuple a une mauvaise image de nous alors retirons nous pour laisser le PR ». C est ainsi que le régime d OMAR BONGO a ete sauve et que celui ci a rebondi en insufflant une nouvelle dynamique par l arrivée de nouvelles intelligences dans son entourage tel de MRS Jean PING, Jacques ADIAHENOT etc…

Emu de cette grandeur, sublime et touche par l acte pose par ces amis de partir d eux même pour sauver le regime des que le Régime fut stabilise, les institutions sauvées feu OMAR BONGO les a ramenés d ou le retour de feu Georges RAWIRI au sénat, de MR MOUVAGA TCHIOBA comme PCA de la BICIG etc…
Certains me diront que ce n est pas le même contexte moi je dis si car aujourd’hui une bonne partie de la baisse de la cote de popularité du PR vient de son entourage. Dans certains endroits il y a eu vote sanction pendant l élection 2016 car beaucoup qui n étaient pas forcement contre le PR ont préfère voter contre a cause de cet entourage.
Quand on dit aimer le PR on se sacrifie pour lui.
Ce n est pas au PR de se sacrifier pour ses amis ou ces proches.
Ce n est pas en proclamant que tu es ami au PR que tu l ais mais plutot en posant des actes et en ayant un certain comportement qu on saura que tu es son ami.
Si vous ne souhaitez pas vous retirer face a la colère et le fait que le peuple dans sa majorité ne veut plus de vous c est que vous exigez au PR de se sacrifier pour vous et la cela devient grave et triste.

Nous refusons que vous mettiez ce régime au sol et que vous bousiller le mandat du PR. Nous n avons pas de pays de rechange.
Apparemment vous n acceptez pas d être les fusibles du PR mais souhaitez que ce soit le PR qui se grie pour vous et la c est un soucis.
Lorsque sa ne va pas chacun doit jouer son rôle de fusible.
Pensez vous que c est le PR qui doit vous demandez de partir? Kieeeeeeee mon Dieu!!!
Libérez le Président!!!
De vous même Libérez le Président comme le titre le journal  » la Griffe ».
Le PR ne sacrifiera pas le peuple ou son régime au détriment d un groupe.
Le PR a ses amis depuis des années, tel que MRS ENGONGA OWONO François, Fréderic NGASSITA, Jean Pierre OYIBA, Herve OPIANGHA, MOUSSA Mikael etc….regardez bien se sont des personnes effaces.

Vous etes des personnes qu’ il a invite a être avec lui dans cette grande aventure de transformer le Gabon. Le PR ne vous doit rien, il n a pas été ingrat avec vous.
Il vous a fait confiance pour la présidentiel en 2016 en vous donnant tout au détriment du parti PDG ( argent, gadget, responsabilités des bureaux de vote etc….), en lui promettant une victoire a plus de 60%, en faisant venir l UE etc…mais vous avez démontre qu’ il a mal fait de vous faire confiance.
Mr PING avait presque réussi sa campagne de destruction du PR a l étranger qui est alle le defendre tout dernièrement a Paris et aux Etats unis devant les institutions???
J ecris mais je pleure car avoir eu en 2009 une cote de popularité aussi bonne et en 2016 avoir une aussi grande baisse de popularité face a son peuple est triste.
Président Ali BONGO ONDIMBA avec tous mes Respect ne décevez pas votre peuple.
J ai foi en vous car vous êtes un stratège, une machine, du béton et le digne fils de son père.
Je pense que vous savez ce que vous allez faire. Je ne peux, je n ai aucun pouvoir de vous demander de les garder ou s en séparer car je n en ai pas le pouvoir.
J ai foi en vos capacités de calmer ce peuple diviser et en colère.

Le  » changeons ensemble » que vous prônez ne peut et ne doit être un slogan vain: il doit être applique.
L heure est a la reconstruction, le pardon, la réconciliation, l apaisement, la relance économique et a l égalité des chances.
Un chef aussi c est sa capacité a reconnaitre ses erreurs, a se remettre en cause, a rectifier, a écouter, a redresser et a avancer pour le bien de son peuple: j ai foi en vous jusqu’ au bout.
Merci et Respects Mr le Président.
Mr Faustin BOUKOUBI l heure est la reconquête du terrain, reformation de toutes les instances du parti, redonner confiance aux militants decus et frustes. Le terrain est vide et il est temps de l occuper. Il est tant de remettre en marche le rouleau compresseur.
Le PDG NE MOURRA PAS dixit l UJPDG
Avril 2018 se prépare maintenant.

Nous sommes nombreux a croire que c est encore possible et nous ne demandons qu a travailler et se battre pour lui éviter une débâcle ou une cohabitation a l assemblée.
Faites confiance aux jeunes responsables au lieu de les voir comme adversaires.
Faites confiance aux femmes pilier du parti, des fidèles car ce que femme veut Dieu veut.
Unis ensembles nous réussirons
Le programme est vaste semé d embuches mais nous allons et pouvons reussir.
Ce pays doit changer.
Soutien total a ALI BONGO ONDIMBA.

Share.

About Author

Leave A Reply