Nouveau gouvernement : Rien que des hommes nouveaux

0

Le peuple attend du Président de la République des personnes qui n’ont rien à avoir avec ce qui s’est passé depuis 2009. C’est le moment de tourner cette triste page…

C’est fait. Le dernier Conseil des ministres s’est tenu mercredi dernier. Il n’y aura plus un autre. On n’attend plus que la démission du Premier ministre qui sera ensuite suivi par sa reconduction car il n’y aura pas de temps à perdre inutilement. Le peuple attend que les activités reprennent et l’économie avec.
Sur ce point, on peut compter sur le Président de la République pour que les choses aillent très vite. On sait déjà que les opposants qui ont participé au Dialogue politique vont y participer. Le problème ne pourra pas se poser à leur niveau. Leur reconduction, pour les uns, et leur entrée, pour les autres, ne tombera que sous le bon sens.

S’agissant du PDG, il n’y aura pas de sentiment à faire. Avec ce qui s’est passé durant les sept années passées et surtout lors de la Présidentielle 2016, une seule règle doit prévaloir : nul n’est et ne sera indispensable. Et pour bien le montrer, le Président de la République n’aura pas un autre choix que de virer la bande, toute la bande du MOGABO, qui lui a vendu du vent durant la campagne et failli liquéfier son pouvoir.
Ici, il est important de comprendre qu’il ne s’agit pas de vouloir faire du mal à X ou Y. C’est une question de logique et de bon sens. En s’accaparant de la campagne d’Ali Bongo Ondimba et de la gestion de l’élection à travers le ministère de l’Intérieur, le MOGABO avait le devoir d’offrir une victoire claire et sans bavure à Ali Bongo Ondimba. Et c’est conscient de cette obligation que la bande avait clairement promis un 70% au Président de la République sous l’œil des observateurs de l’UE. Observateurs invités et gérés par la célèbre bande…

Lorsqu’on voit ce qui s’est passé, on ne peut en tirer que deux conclusions.
1 —  Soit le MOGABO savait que cela allait se passer tel que nous l’avons vécu. Et dans ce cas, il est clair que la bande a délibérément trahi le Président de la République. Dès lors, leur éviction n’est pas une alternative, mais plutôt une obligation.
2 — Soit le MOGABO ne savait pas que cela allait advenir. Et dans ce cas, il est clair que ce sont des inconséquents qui n’ont pas mesuré la dangerosité de leur initiative. Ils passent pour de dangereux aventuriers qui se lancent dans expérimentations hasardeuses. Conclusion : le Président de la République ne peut se permettre de diriger le Gabon et les Gabonais par des aventuriers inconséquents et finalement irresponsables. Le Gabon n’est pas un jouet pour s’encombrer inutilement de ces gens.
Maintenant, il reste le reste. Ce reste qui ne présente aucun bilan et qu’il faut absolument changer et passer à autre chose. On n’a pas besoin de se mettre à dos la France à cause d’un revanchard tirailleur à la Défense nationale. Et ils sont nombreux, les Etienne Massard, dans ce gouvernement de bras cassés.

Share.

About Author

Leave A Reply