Les nouveaux déboires de Jean Ping…

1

Les révélations de notre confrère « La Griffe » sur les frasques panafricaines de Jean Ping, dénoncées par un journal international, édifient ceux qui croyaient que cet homme est un ange. Celui qui a décidé de jouer au matamore et qui estime être une alternative crédible pour le pays en 2016. Et comme tous ses amis de l’opposition, il a pris pour cible le Directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba.

 Mais ce qu’il ne veut pas dire aux populations qui ont le temps de l’écouter, c’est qu’il a travaillé avec Maixent Accrombessi Nkani du temps où le Gabon présidait le Conseil de sécurité de l’ONU. Il avait été choisi grâce à l’entregent diplomatique d’Omar Bongo Ondimba, et devait prononcer un discours lors de son investiture. Celui qui avait préparé et rédigé ce discours n’est autre que Maixent Accrombessi Nkani. Et Jean Ping lui avait gratifié d’un remerciement qui tranche avec les insanités qu’il déverse aujourd’hui sur lui. De sources autorisées, Ping aurait déclaré à Accrombessi Nkani ce qui suit : « S’il y avait une dizaine de cadres comme vous, le Gabon serait loin ».

Comment donc ce Gabonais compétent est devenu en l’espace de quelques années, un « étranger » qu’il faut absolument chasser du pays et qui empêche aux opposants de travailler ? Seul Jean Ping connait la réponse. Mais, il est tout à fait libre de penser ce qu’il veut. Toutefois, il faut qu’il comprenne qu’un Directeur de cabinet ne travaille que sur les instructions de son chef.

On n’a pas besoin de sortir de Harvard pour le comprendre. Le DC n’est pas un chef. Il est sous les ordres et reste entouré d’une équipe nommée par ledit chef. Bien sûr, il peut suggérer des pistes, mais la dernière décision est celle de son chef. Et c’est curieux qu’un homme qui jouit d’une certaine expérience comme Jean Ping ne puisse pas faire la différence entre un chef et son directeur de cabinet. Ce n’est pas surprenant. Il y a des gens qui connaissent l’homme et qui n’hésitent pas à dire de lui que c’est un incompétent notoire doublé d’un égoïsme primaire, à la limite de xénophobie. Ce qui conforte les réticences des populations à le suivre. Il ne travaille que pour sa famille. Et même à ce niveau, il préfère de loin être avec ses enfants.

Le « futur » président du Gabon est certainement un homme à part. D’ailleurs, on se demande pourquoi il a tout de suite stoppé sa fameuse tournée à travers le pays. L’étape de Franceville où il s’est réfugié chez son ami Albert Yangari, et qui a été un échec en termes de mobilisation, l’a certainement dissuadé de continuer. Sa dernière sortie dans les Akébé, s’est révélée être un fiasco. La prise de bec avec les jeunes qui sont venus assister à sa causerie symbolise de fort belle manière ce qui l’attend lors de la campagne pour la présidentielle de 2016. Il lui faudra s’entourer de bons gardes-chiourmes pour ne pas se faire tabasser à chaque étape.

Celui qui déclare être le candidat de l’opposition en l’absence des ténors qui ont lancé la lutte en 2009, va devoir travailler dur pour conquérir le cœur des électeurs qui vont prêter attention à son verbiage et surtout à son faciès de chinetoque. Pour le moment, il vaut mieux pour lui se taire et attendre les nombreux procès qui l’attendent et qui certainement vont le conduire en prison.

Les enfants de Mouammar Kadhafi entendent entrer dans leurs droits. Ping a escroqué leur père en profitant de la situation de détresse de ce dernier, lors du lancement de la rébellion qui a emporté le leader libyen. Ping avait fait jouer sa prétendue influence au niveau africain en tant que président de la commission de l’Union Africaine.

La suite est connue par tous les africains… Sans compter qu’au niveau local il va être entendu sur la question des fêtes tournantes. Aux dernières nouvelles, il serait invité par l’ONU. Ses supporters trouvent que c’est une manière de reconnaitre sa légitimité internationale. A sa place, il vaut mieux ne pas faire le déplacement. Il pourrait bien se faire arrêter par la CPI.

Share.

About Author

Leave A Reply